Rédigé par Gabriel
Aucun commentaire

Nouvelle page - Facteurs de risques et protections

Suite à la lecture d'une thèse sur l'anxiété, je me suis rendu compte qu'il est important d'évaluer les facteurs de risques et de protections, tant chez l'enfant, sa famille que son environnement. Ainsi il est plus facile de choisir les interventions en fonction de ce qui a le plus de chance de fonctionner. Bien que cette information ne fasse pas partie d'un plan d'intervention traditionnel, je crois qu'il est bon de la faire, car l'on ne peut obtenir un portrait global de l'enfant si on oublie son environnement.

Écrire un commentaire

Quelle est le deuxième caractère du mot 24pna5 ?

Fil RSS des commentaires de cet article

Fil RSS des articles

Dans une approche comportementaliste, les facteurs de risques et protections, tels que le niveau socio-économique et la scolarisation des parents, ont été systématiquement identifiés pour la prédiction du succès ou de l'échec scolaire d'un enfant. Toutefois, ces dernières années, nous avons assisté à l’émergence d’un courant fort dans l’étude des facteurs de résilience, c’est-à-dire l’étude des conditions de vie des enfants vivant dans des environnements défavorables. Même les "plus défavorisés" réussissent parfois académiquement et socialement. La prise en compte des facteurs de risques et protections, notamment l'étude d'attitudes et de pratiques d'interaction et de socialisation précoce, devient un élément de plus en plus important des recherches sur la réussite des enfants. Néanmoins, le discours scolaire, tant au Québec qu'ailleurs en Amérique du Nord, tend encore à mettre en évidence l'effet des variables socio-économique et la scolarisation des parents en tant que facteurs de risque prépondérants à l'échec scolaire. Les critères et indicateurs de la Commission scolaire de l'île de Montréal (CSIM, 1993) concernant l'attribution du statut de zone défavorisée et, par conséquent, les critères d'admissibilité ou d'accessibilité des enfants d'âge préscolaire à la maternelle (4 ans et 5 ans) à temps plein. La logique derrière ces positions est une logique d’exclusivité qui ne prend pas en compte tout les facteurs de risques et protections présent chez et autour d'un enfant.

Nous sommes d'avis que l'effet des variables; socio-économique et la scolarisation des parents, en tant que facteurs de risque unique ont une fonction prédictive d'échec scolaire limitée et que des interactions complexes entre l'enfant, sa famille et son environnement doivent être prises en compte afin d'établir un profil de risque réaliste et de pouvoir mieux cibler les enfants qui bénéficieraient le plus d'une intervention précoce en matière de service d'aide.

Le monde d’aujourd’hui est caractérisé par un climat plutôt morose: anxiété, mondialisation, perte de relations humaines authentiques, crise économique, difficultés des services de santé, nouvelles pandémies, le réchauffement climatique... Tous ces faits nous font craindre pour l'avenir de notre enfant. Face à cette multiplication de facteurs de risques, l'intérêt de l'intervention psychologique a heureusement évolué, passant de déficits / vulnérabilités à des forces / capacités et résilience. L'intervention met l'accent sur la résilience de l'enfant et de sa famille, prônant l'autonomie de la personne qui bénéficie de l'intervention. Cette façon de faire ne disqualifie plus les parents au nom de l'intervention contrôlée exclusivement par l'intervenant, mais leur donne le rôle de véritables partenaires dans la réussite de leur enfant.

C'est pourquoi faire vous aussi votre portrait de facteurs de risques et protections en tant que famille, et de regarder aussi autour de vous votre environnement, permet ce partenariat vers la réussite entre vous, votre environnement et votre enfant.

Selon le ministère de la famille, le portrait EHDAA en 2015-2016.

Élèves handicapés et/ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (20%) sur 957 882 élèves du primaire et du secondaire
C'est 20% des 442 459 bambins de 0-5 ans qui risquent d'être handicapés et/ou en difficulté d'apprentissage ou d’adaptation à l’école...
C'est seulement 3% des 252 202 bambins fréquentant un service de garde qui reçoivent une allocation pour l’intégration d’un enfant handicapé.
. Nombre approximatif d'enfants, bambins, parents, intervenants, éducateurs, professeurs... qu'ApPigraphe peut aider
Source : https://www.mfa.gouv.qc.ca/

Enfin prêt à essayer ApPigraphe !

Cliquez ici pour recevoir le mot de passe d'ApPigraphe!


Statistiques depuis le 28 janvier 2020:
  • Total des pages vues : 270470
  • Pages vues aujourd'hui : 83
  • Visteur connecté : 1
  • Nombres de visiteurs : 269781
  • Total articles : 35